Facebook Twitter RSS
planeteski - bannière horizontale bouche trou hiver 2017/2018

Accueil Kiosque Hautes-Alpes > Agenda > Arts et culture > Projection > Ciné-débat

Projection

Retour

Ciné-débat

Le 18/10/2018 à - Veynes

Ciné-débat

Le cinéma vous propose de voyager dans le temps avec la projection du film "Un peuple et son roi". Nous vous proposons à la suite de cette séance une rencontre et un dialogue avec Christine Roux, historienne locale, qui animera cette rencontre...

Une soirée qui se veut enrichissante autour de cette époque et de cette année historique : 1789

Le propos
En s'appuyant sur de solides recherches historiques, Pierre Sch?ller, dans Un Peuple et son roi, s'emploie à raconter le récit des origines, les prémices de la démocratie. Le film démarre en 1789 par la prise de la Bastille et s'achève en 1793 avec l'exécution de Louis XVI. Une Révolution filmée à hauteur d'hommes, et surtout de femmes, dans les faubourgs de Paris et dans les ors de Versailles.

Pour aller plus loin
Nous sommes le 9 avril 1789, Jeudi saint. Le Roi lave pour la dernière fois les pieds des enfants pauvres de Paris. Un rite qui rappelle plus la nature divine du monarque que la charité de la maison de Bourbon mais qui installe le projet du film : décrire ce qui lie un roi à son peuple. Un Peuple et son roi croise les destins d'hommes et de femmes du peuple, et de figures historiques. Leur lieu de rencontre sera la toute jeune Assemblée nationale où naîtra la république.
Mais avant ça, le récit se place dans l'atelier de l'Oncle, à l'ombre des tours de la Bastille. Il est maître verrier, et Sch?ller joue avec le feu et la lumière. La plasticité du verre en fusion devient celle d'une éruption solaire. Lorsque la forteresse est prise, l'artisan est sceptique quant à la portée de cet accomplissement. Mais la pénombre qui régnait dans le faubourg fait maintenant place au soleil, à la lumière, ou aux Lumières pourra-ton dire.

Les gens du faubourg Saint-Antoine qui discouraient dans l'atelier du verrier interviennent à l'Assemblée nationale, puis à la Convention. Ils débattent dans les clubs, prennent les armes. Mais l'Oncle sera frappé de cécité et la vision du peuple d'incertitude.
A la tribune de l'Assemblée, on suivra avec passion les discours des députés aux noms illustres : Marat, Robespierre, Saint-Just... Ces textes n'ont rien perdu de leur vitalité, ni de leur modernité. Également scénariste, le réalisateur a mis de la rigueur dans l'exactitude des propos consultés dans les archives parlementaires et il précipitera des figures oubliées à la tribune : on entendra plus Barnave que Danton.
A l'heure du libéralisme triomphant, du délit de solidarité en Occident et de la reconquête de liberté dans les pays arabes, il faudra saluer ce film où le peuple redresse la tête avec panache pour espérer en des temps meilleurs.
"Mon souci n'a pas été de trancher dans le débat entre historiens. C'était de faire un film sur les émotions politiques" nous dit Pierre Sch?ller qui a pu mettre en ?uvre un chantier comme le cinéma français n'en connaît que rarement, doté d'un budget de 16,9 millions d'euros.
Nous sommes le 16 août 2017, et se tournent les événements de la nuit du 20 au 21 juin 1791. Louis XVI a fui la capitale, on ne l'a pas encore rattrapé à Varennes, les sans-culottes sont entrés dans la salle du Manège pour témoigner de leur loyauté à l'Assemblée constituante. 55 personnes sont là pour habiller et maquiller les comédiens et les 150 figurants. Avant de tourner, Pierre Sch?ller réunit la foule pour lui expliquer l'enjeu du moment, le basculement des liens féodaux au contrat social, le surgissement du peuple en tant que sujet. "C'est historique, quoi", remarque un figurant. Le réalisateur s'énerve presque : "Non, ce n'est pas historique, c'est le présent."
Pour Sch?ller, c'est l'enjeu central d'Un peuple et son roi : "un film médiumnique qui ressusciterait par le discours des sensations et des mouvements oubliés".
d'après Le Monde et Télérama


La critique :
Guy Konopnicki, Marianne :
Acteur majeur de la Révolution française, le peuple ne se représente pas aisément. Ici, Pierre Schoeller réussit à donner une image à des personnages vivant à l'ombre de la Bastille, dans le quartier de l'Arsenal.

Pierre Vavasseur, Le Parisien :
Dans un film qui impressionne par son esthétique et sa quête de vérité historique, Pierre Schoeller fait le pari de raconter l'instauration mouvementée de la République.

Pierre Eisenreich, Positif :
On est impressionné par la qualité de tous les interprètes, de leur énergie et de la justesse de leur jeu d'orateur. Cette superproduction française revendique avec force la vraie filiation cinématographique dont la mère est la photographie et le père, le théâtre.

Dominique Weidemann, L'Humanité :
Entre une aristocratie qui ne désarme pas, les options réformatrices et la raison du peuple qui l'emportera, pas ici de révisionnisme mais une vision. Un plaisir de lumières, de sons, de plasticité et une distribution prestigieuse.

Jeudi 18 octobre 2018 à 20h30.

: tous public


: Veynes
: Cinéma "Les Variétés" - Résidence Ambroise Croizat - Avenue Picasso
05400 Veynes
: 04 92 57 28 60
:

Signaler une erreur

Date proposée par Office de Tourisme des Sources du Buëch

Information issue d'Apidae

Apidae


Accès Ciné-débat


octobre 2018  > 
L M M J V SD
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
>
15
>
>

Proposez un événement



Actu

Forums des associations 2018, les activités dans votre ville

Forums des associations 2018, les activités dans votre ville

En septembre 2018 en Rhône-Alpes

Le forum des associations 2018, une occasion unique de découvrir les activités culturelles ou sportives proposées dans votre commune.


>> Animations, Fêtes, Foires

Animations, fêtes
Arts et culture
Concerts, musique
Jeune public
Manifestations commerciales
Manifestations sportives
Santé, Caritatif
Spectacles
Qui sommes-nous ?
Publicité
Nous contacter
Mentions légales

Le guide des stations de montagne ete